Péret : Un village résolument tourné vers l’avenir, fier de son passé et de ses traditions

  • Péret :
  • Péret :
  • Péret :
  • Péret :

Accueil du site > Pages Annexes > En savoir plus sur l’Eglise St Félix...

En savoir plus sur l’Eglise St Félix...

L’église St Félix

eglise C’est un édifice assez étrange, bien qu’indiscutablement médiéval. Il possède un chevet plat, à peu près carré, bâti en un bel appareil régulier, scandé de contreforts sans ressauts disposés aux angles et au milieu de chaque côté : le contrefort central placé au centre du mur oriental permet le percement d’une baie d’axe. Le sanctuaire est éclairé par deux ouvertures jumelles placées de part et d’autre. La nef de deux travées à peu près carrées elles aussi est légèrement plus large, bâtie en un appareil de plus grand module et pareillement scandée à l’extérieur des contreforts. Ceux- ci animés à mi-hauteur d’un larmier au profil caractéristique, accusent une datation du XIVème siècle. Tandis que le chevet doit être plus ancien : fin du XIIème siècle.
Le clocher est encore un édifice singulier, juché sur l’angle nord-ouest de l’édifice dont les parties basses mériteraient une analyse plus approfondie.
L’étage du clocher est un mur de plan carré, porté sur les côtés nord et ouest par des arcs brisés lancés entre les contreforts ou sur des encorbellements. Il possède encore des gargouilles, figures d’animaux fantastiques, mais son couronnement a dû être légèrement sur-chaussé plus tardivement et reçoit aujourd’hui un campanile en fer forgé assez grêle, portant le clocher des heures et une girouette.A l’intérieur, le chevet et la nef sont couverts de voûtes sur croisées d’ogives.
es ogives sont simples, du profil prismatique et les matériaux de voûtes sont assez hétérogènes ( tufs caverneux, moellons calcaires, pierres presque noires) ce qui paraît plutôt un indice de reconstruction début du XVIIème siècle.
Du côté où la naissance des voûtes s’appuie sur un surcroît du mur porté par deux arcades plaquées retombant sur des culots.
La nef est éclairée par quatre oculus agrandis ou même percés au XIXème siècle. Au XVIIème siècle on a doté l’édifice de quatre chapelles latérales peu profondes ouvrant dans la nef entre les contreforts.
Une tour du XIème siècle, détruite depuis peu, était édifiée à proximité de la façade nord de l’église.

Patrimoine local



Site réalisé en SPIP pour l'AMRF